Il annoncent le retour des beaux jours…

Alors que notre pays, notre ville, nos communes semblent endormis en cette période de confinement, Dame nature est là, fidèle au rendez-vous, elle s’éveille, égaie, nous émerveille, elle chante, elle bourdonne, elle se colore dans les jardins, les parcs, le long de nos trottoirs et apporte à qui veut bien l’observer un peu de baume au cœur…Alors prenez le temps d’écouter ce doux concert sur fond d’un silence peu coutumier, prenez le temps d’observer, de sentir et de savourer ses mille couleurs et tout oublier quelques instants seul ou en famille…

Gros plan sur un oiseau, une abeille et une fleur qui annoncent le retour du printemps.

Le pouillot véloce – Phylloscopus collybita

  • Poids : 6 à 9 g
  • Longueur : 11 cm
  • Envergure : 15 à 21 cm

« Tchif-tchaf, tchif-tchaf, … » oui c’est bien lui, il est de retour parmi nous après avoir passé plusieurs mois autour de la méditerranée, parfois même au sud du Sahara pour les plus aventuriers.

C’est un des premiers migrateurs à se faire entendre au début du printemps. Son chant monotone est celui que retient en premier l’ornithologue débutant.

On le surnomme « le compteur d’écus » par allusion au son métallique de ses notes bien détachées qui rappelle celui produit par des pièces entrechoquées.

Ce petit passereau un peu plus petit qu’un moineau et surtout plus fin, se reconnaît grâce à son plumage brun verdâtre avec le dessous pâle et son sourcil clair. Impossible par contre de faire la différence entre monsieur et madame si ce n’est qu’il n’y a que monsieur qui chante, ce qui est le cas de la plupart des oiseaux !

Appelé « Chiffchaff» dans la plupart des langues étrangères, en français son nom vernaculaire est le « pouillot véloce » ! Il a en effet la curieuse habitude de faire trembler ses ailes et d’abaisser la queue en changeant fréquemment de poste pour se nourrir et chanter.

Haies, bosquets, ronciers et grandes fougères sont ses abris de prédilection.

Ses repas sont essentiellement composés d’insectes mais ne dédaigne pas non plus quelques baies en automne afin de faire le plein d’énergie avant son départ dans ses aires d’hivernage.

Il apprécie faire son nid au pied des arbustes dans nos jardins, celui-ci est en forme de boule, constitué d’herbe, de mousse et de brindilles avec une petite entrée latérale. Evitons donc de faucher à ces endroits-là d’avril à juillet si nous voulons accueillir ce petit piaf dans notre jardin !

L’osmie rousse – Osmia bicornis

En ce début de printemps, observez bien les nichoirs à insectes et vous assisterez au ballet incessant de belles petites abeilles rousses et poilues, ce sont des osmies, les premières abeilles solitaires à se montrer après une métamorphose de plusieurs mois qui avait débutée au printemps passé. N’ayez crainte, elles ne sont pas du tout agressives. Vous distinguerez facilement les mâles grâce à la petite touffe de poils blancs qu’ils arborent entre leurs deux yeux. Les mâles adultes issus des œufs pondus en dernier lieu dans le nid en sortent les premiers et attendent patiemment les jeunes femelles. Celles-ci, à peine sorties se feront assaillir par les jeunes mâles. Ainsi fécondées, nos courageuses butineuses irons à la recherche de nouveaux nids pour y pondre leurs œufs, un à un, chacun dans une petite loge aménagée avec soin.

Et comme toutes bonnes mères elles assureront le couvert à chacune de leurs progénitures en tapissant le mur de chaque cellule d’un délicieux « pain de miel », mélange de nectar et de pollen récoltés dans la nature et qui pourra être grignoté par les jeunes larves et assurera leur métamorphose avant le printemps prochain.

La ponte terminée, l’orifice du nid sera fermé par un  bouchon de boue, parfois mélangé de petites pierres ou de petits morceaux de bois dans le cas de l’osmie des troncs.

Ces sympathiques petites abeilles, tout comme d’autres de leurs cousines solitaires, sont précieuses dès ce début de saison. Leur fourrure chargée de pollen, elles assureront la pollinisation de nombreuses fleurs dans notre jardin, notre verger et notre potager pour nous permettre de bonnes récoltes…

La ficaire – Ranunculus ficaria

Elle aurait pu s’appeler «  Etoile d’or » tant sa floraison est lumineuse et égaie nos sous-bois en ce début de printemps. Ses petites feuilles en forme de cœur reluisent au soleil.
De la famille des Renonculacées, elle forme de beaux tapis aux pieds de nos arbres et arbustes encore dégarnis de feuilles. 


Dépêchez-vous de l’observer car elle aura vite fait de boucler son cycle végétatif et disparaîtra en quelques semaines, privée de son ensoleillement nécessaire.

C’est pour elle une course contre la montre qui s’annonce. 

Elle devra assurer sa reproduction et constituer ses réserves le plus rapidement possible. Pour ce faire, de petites bulbilles vont se former à l’aisselle de ses feuilles et au niveau de ses racines. Ces petits renflements constitueront des réserves pour de futures petites plantules. Ces petites bulbilles, facile à observer, font penser à de petites figues pour certain , d’où son nom(ficus en latin) ou à des renflements hémorroïdaires pour les moins poétiques qui l’appellent alors « l’Herbe aux hémorroïdes ».

Comme toutes les renoncules elle peut être toxique et ne devrait être consommée que cuite et avec parcimonie. Elle est cependant riche en vitamine C et aurait servi, en son temps à lutter contre le scorbut.

Connaissez-vous le jeu avec lequel on se livre encore parfois avec les enfants ? L’idée est de savoir si oui ou non l’enfant aime le beurre. On prend une fleur de renoncule, par exemple une fleur de ficaire, bien ouverte on la place sous le menton de l’enfant. Si le jaune de la fleur se reflète sur sa peau, c’est qu’il aime le beurre ! En anglais d’ailleurs le bouton d’or se dit buttercup. Cela lui fera peut-être préférer une bonne tartine pour le goûter, au lieu de quelques biscuits industriels !

Belles observations à tous !

  Monique Hars

One Reply to “Il annoncent le retour des beaux jours…”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *